Interview de Christelle Léger

Mieux connaître les acteurs du sport dans le département en leur posant, à tous, les huit mêmes questions. Tel est l’objectif de notre nouvelle rubrique « le sport et moi ». Aujourd’hui, place à la footballeuse Christelle Léger, capitaine du Bourges 18 en Régional 1 féminin.

Mon premier souvenir sportif

« Je me rappelle d’un dimanche, j’avais 17 ans et j’étais à l’US Orléans. J’ai fait une compétition de cyclisme sur piste à Saint-Denis-de-l’Hôtel, le vélodrome de Florian Rousseau. Et j’avais le même jour un match de Coupe de France de foot avec l’USO, à un kilomètre du vélodrome. J’ai réussi à allier les deux. J’ai fait, le matin, les qualifications de piste. Puis je suis allée me changer pour faire le match de foot, j’ai fait environ 70 minutes. Ma mère et ma sœur étaient sur le bord du terrain, et dès que le téléphone sonnait, il fallait que j’aille faire les finales de piste. Résultat, j’ai mis quatre buts. Je suis allée me changer dans les toilettes du vélodrome, j’avais le cardio à fond et j’ai gagné deux compétitions : le 500 m arrêté et 200 m lancé. »

Mon meilleur souvenir sportif

« Le match contre le Paris Saint-Germain (en 32e de finale de la Coupe de France féminine en janvier 2017, NDLR). Après, sur le terrain, je ne dirais pas qu’on a pris énormément de plaisir (large défaite 0-19, NDLR)… C’est plus l’évènement qui était top : le stade plein, et tout ce qu’il y a eu autour du match. Après, les 90 minutes, je n’ai pas de grand souvenir, hormis avoir couru sans avoir touché beaucoup le ballon. »Christelle Léger au duel avec deux joueuses du PSG lors du 32e de finale de Coupe de France du Bourges 18 en janvier 2017.

Mon pire souvenir sportif

« Ma blessure en 2015, une rupture des ligaments croisés intervenue peu après la perte d’un proche. On se rend compte que les chirurgiens ont raison, 80 % des blessures arrivent après un choc psychologique. C’était juste avant ma venue à Bourges. »

Mon idole

« Zinedine Zidane ! Il avait la technique, il est humble, discret, il fait son taf… Le meilleur joueur du monde à mon goût ! »

Mon moment de sport préféré

« La finale de la Coupe du monde 1998 de foot. J’avais 14 ans, j’étais devant la télé, déguisée, avec la famille, les amis. On a été fêter la victoire en ville après, avec un concert de klaxon. Un super moment partagé avec les proches que j’oublie à longueur de temps à cause du foot. J’ai pu le vivre avec eux, c’était vraiment sympa. »

Mon rêve de sportive 

« Mon rêve était de faire les Jeux olympiques. Plus en cyclisme sur piste qu’en foot, où ce n’était pas jouable. Quand j’avais fait quelques courses sans entraînement, j’avais réussi à glaner des titres et je me suis demandée s’il ne fallait pas arrêter le foot pour me consacrer à la piste. Mais en fait, même si j’avais des capacités, le sport individuel ne m’a pas plus tenté que ça. »

Ma plus belle rencontre dans le sport

« Je vais citer Bernard Ranoul (ancien dirigeant emblématique de l’US Orléans, décédé en avril 2019, NDLR). Une très belle personne, avec des valeurs. Je retiens la confiance qu’il a eu en moi, et ce qu’il m’a permis de découvrir à l’USO pour me lancer dans le bain. C’est lui qui m’a fait signer à l’USO. »

Ce que le sport m’a appris sur moi-même

« L’esprit d’équipe, la combativité. C’est ultra important. J’ai vraiment beaucoup appris avec le sport co, appris à communiquer, à partager, et l’envie de rendre service et de faire pour les autres. »

Propos recueillis par Nicolas Werquin